jeudi 4 novembre 2010

Rester avec eux.


Je me contente de reproduire ici le bref appel lancé par les évêques d'Irak aux chrétiens de France.

Notre Calvaire est lourd et il nous paraît long. Le carnage qui a eu lieu à la cathédrale Notre Dame du Perpétuel Secours de Bagdad, avec 58 morts, parmi lesquels deux jeunes prêtres et 67 blessés dont un prêtre, nous a profondément secoués. Nous perdons la patience, mais nous ne perdons pas la foi et l'espérance. Cet événement d'une telle ampleur qui se produit juste après la tenue du Synode nous choque encore plus. Ce dont nous avons besoin c'est de votre prière et de votre soutien fraternel et moral. Votre amitié nous encourage à rester sur notre terre, à persévérer et à espérer.

Sans cela nous nous sentons seuls et isolés.

Nous avons besoin de votre compassion face à tout ce qui vient toucher la vie des innocents, chrétiens et musulmans. Restez avec nous, restez avec nous jusqu'à ce que soit passé le fléau.

Que le Seigneur nous protège tous.

Le 2 novembre 2010

Mgr Athanase Matti MATOKA, archevêque de Bagdad des Syriens
Mgr Louis SAKO, archevêque de Kirkouk des Chaldéens
Mgr Emil NONA, archevêque de Mossoul des Chaldéens
Mgr Basile Geoges CASMOUSSA, arxchevêque de Mossoul des Syriens
Mgr Bashar WARDA, archevêque d'Erbil des Chaldéens

Source : site de la CEF.

4 commentaires:

Manuel a dit…

Bonjour mon père,

Merci de relayer cet appel et de faire avec ce court billet un travail d'information que très peu font. Cette tragédie a été peu évoquée dans les médias et lorsqu'elle l'est, c'est souvent avec des arrières pensées idéologiques ou politiques. Comme si notre silence ne suffisait pas, en quelque sorte, et qu'il fallait rajouter l'exploitation au désintérêt ...

Il se trouve que tout "agnostique" que je suis, je m'intéresse très fortement aux cultures et cultes qui imprègnent cette Asie qu'on a désormais du mal à voir hors du prisme du pétrole et de l'extrémisme religieux.

Si vous en avez la possibilité, faites donc savoir, s'il vous plait, à ces hommes, ces femmes, ces enfants, que certains, en occident, pensent à eux, prient, écrivent, se mobilisent, ou tout simplement, espèrent que des jours meilleurs viendront pour eux aussi.

Manuel

Anonyme a dit…

Qu'est-ce que "le fléau"? Peut on lui donner un nom? peut on savoir qui est caché derrière ce nom sans vouloir déclencher une croisade?

Anonyme a dit…

merci pour votre prière
je suis de tout coeur avec vous

Emmanuel Pic a dit…

Je pense que le "fléau" dont il est question est celui de la violence et de la persécution, et non celui de l'islam en général. La lettre précise d'ailleurs qu'il faut prier pour les chrétiens et les musulmans victimes de cette violence.