samedi 12 juillet 2008

vendredi 11 juillet 2008

Pas vu, pas cru.






Une guerre sans images : telle est la malédiction qui frappe, depuis des années, le Congo. Guerre à l'Est, et à l'Ouest situation extrêmement tendue, du fait de la quasi-absence d'État.

Voici quelques images des événements, et du procès des responsables des tueries qui ont eu lieu il y a quelques mois au Bas-Congo. Des armes ont été saisies au siège du Bundu Dia Kongo, organisation mi-religieuse, mi-politique qui a semé la panique dans plusieurs localités de la région. Il y a eu plusieurs condamnations à mort.

mercredi 9 juillet 2008

A propos de l'arrivée d'un abbé congolais

L'abbé José, ressortissant de la République démocratique du Congo, est donc arrivé pour son service pastoral dans le diocèse de Dijon. Il avait déposé sa demande de visa en mai 2007. Il a fallu qu'on alerte deux conférences épiscopales, un nonce apostolique et un ambassadeur de France pour que les services consulaires français daignent, au bout de six mois, lui apporter une réponse (qui consistait à réitérer sa demande... Qu'était donc devenue la première ?)

Puis, l'attente avait recommencé. Pendant ce temps, d'autres congolais obtenaient le précieux visa. Pourquoi eux et pas lui?

Le diocèse a donc tenté une ultime démarche, cette fois en faisant jouer des relations personnelles (quelqu'un qui connaît dans un ministère quelqu'un qui, etc). On a su alors que le visa était prêt depuis plusieurs mois et que l'abbé aurait dû venir le chercher, mais qu'on n'avait pas de nouvelles de lui.

C'est bizarre : car José est allé plusieurs fois à l'ambassade, a rencontré la personne qui était sensée suivre son dossier, sans que rien ne lui ait jamais été dit ni signifié par écrit.

Bon, je le dis sans ambages : on aurait eu affaire à des fonctionnaires congolais (ou algériens, ou je ne sais quoi), tout le monde aurait compris qu'il fallait être plus complaisant, enfin compréhensif quoi, vous voyez ce que je veux dire : si vous voulez votre visa, allez quoi, soyez gentils. Comme il s'agit de fonctionnaires français, on se perd en conjectures. Inutile en tout cas d'espérer qu'une enquête un peu sérieuse sera faite pour comprendre ce qui s'est passé : des Français, tout de même !

Au passage et pour terminer ce petit billet de mauvaise humeur : dimanche a été ordonné prêtre Joseph Maï, vietnamien, à Dijon. Sa maman n'a pu obtenir le visa pour se rendre à l'ordination.

Vous en voulez une autre ? W.., citoyen péruvien, se trouve à Dijon. Il a invité sa maman à le rejoindre pendant les vacances, qu'il passe en compagnie du reste de sa famille (son père est français). La maman s'est vu refuser le visa sans explication.

lundi 7 juillet 2008

Nul ne connaît le Père, sinon le Fils.

Qui peut prétendre connaître quelqu'un ?

M... est morte. Ses proches sont divisés : ses parents et ses enfants estiment qu'il faut organiser un temps de prière. Son compagnon pense, lui, que c'était absolument contraire à ses convictions - élevée dans la foi chrétienne, elle avait pris beaucoup de distances avec l'Église et n'avait pas demandé le baptême pour ses enfants.

Qui est dans le vrai ?

Sans doute tout le monde. Chacun connaissait un peu d'elle. Personne n'avait le tout de ce qu'elle était.

samedi 5 juillet 2008

Création.


Odile de Rousiers travaille en ce moment sur un beau projet : une croix pour l'église Saint-Pierre. Comme tout ce qu'elle fait, cette croix, icône d'or et de lumière, sera le fruit d'une longue méditation sur Dieu et sur le monde.

Odile de Rousiers expose en l'église de Châteauneuf en Auxois la première quinzaine d'août.

vendredi 4 juillet 2008

Celui qu'on attendait

Vous vous souvenez de ce prêtre congolais, qui attend son visage depuis mai 2007 pour venir exercer un ministère dans le diocèse de Dijon ? Eh bien il l'a... Je suis allé le chercher à Roissy mardi, tout endormi, et je l'ai emmené à Dijon d'où, après une nuit réparatrice, il est parti pour une première initiation à la pastorale française dans la verte campagne bourguignonne.