samedi 24 octobre 2009

Solidarité : les prêtres sur la sellette.

Deux nouvelles se télescopent cette semaine : la première, dont on se demande si ce n'est pas une blague, concerne ce prêtre américain qui a décidé de jouer (et de gagner) au poker pour renflouer les finances de la paroisse ; la seconde est donnée par le Conseil presbytéral de Lyon qui invite les prêtres à verser un mois de salaire aux plus démunis.

Deux nouvelles qui me laissent songeur.

Le vicaire joueur de poker : il paraît que ce n'est pas un canular, non, non ! Au moment où pas mal de parents s'interrogent pour savoir comment ils vont, dans les mois qui viennent, expliquer à leurs enfants qu'ils ne doivent pas jouer en ligne leurs économies, allons-y, un jeune et bel ecclésiastique a décidé de flamber. Il y a quand même 100 000 dollars à la clé. Moi, je suis peut-être vieux jeu, mais ça me choque. Ce bon père ne sait donc pas que, là où il y du jeu, il y a des gagnants et des perdants ? Il ne se doute pas qu'un jour il va perdre ?

L'invitation à verser un mois de salaire : ce qui me gêne, ce n'est pas la proposition, c'est sa médiatisation et ce qu'elle risque d'induire dans le public. Médiatisation : l'Évangile invite plutôt à donner dans le secret, et à faire en sorte que la main gauche ignore ce que donne la main droite... Eh non les amis, vous ne saurez jamais combien je donne, ni à qui je donne. Jusqu'où irons-nous, dans cette disparition de nos jardins secrets ? Je préfèrerais que les prêtres donnent l'exemple de la discrétion. Quant au message finalement transmis : allez les curés, vous avez des sous et vous ne voulez pas le reconnaître, mettez donc la main à la poche bande de rats. A mon avis, c'est raté cette comm (parce que ne nous faisons pas d'illusion : ce qui est en jeu, c'est de communiquer là-dessus, finalement... Personne n'ira vraiment vérifier ce qui se passe).

9 commentaires:

Edmond Prochain a dit…

Je suis assez d'accord.
Sur le jeu, le simple fait que les gagnants le soient toujours au détriment de perdants (c'est une évidence tellement grosse qu'on a l'air niais de la rappeler, mais qu'en réalité plus personne n'y pense), et que bien des gens perdent ce qui est parfois leur nécessaire en nourrissant l'espoir bien mince d'un avenir meilleur par l'argent, cette seule pensée suffit à me convaincre qu'en tant que catholique, je ne peux pas participer à un jeu d'argent. Bien sûr, je ne parle pas des paris collectifs aussi occasionnels que leur mise est symbolique, ni même des lotos de village ou de ces manifestations qui sont finalement avant tout des lieux de rencontre et d'échange autour d'un jeu, avec juste ce qu'il faut d'excitation liée à la mise pour pimenter l'ambiance... Mais le jeu organisé, dès lors qu'il devient système et déconnecté de l'humain (le Loto, les jeux de grattage), ou encore le jeu qui n'existe que pour l'argent et l'addiction d'un pouvoir éphémère (le poker et autres jeux de casino), ceux-là me semblent incompatibles avec ma foi.

Quant à médiatiser la proposition faite aux prêtres de donner un mois de salaire, c'est surtout bébête : qui - comme tu le dis - a pu s'imaginer que cela donnerait une image positive ?
J'aime bien aussi ta mise en perspective avec ce que l'Évangile dit de l'aumône...

Sylvie a dit…

René Goscinny doit bien s'amuser là où il est! Dans "La ballade des Dalton", un pasteur, joueur de poker invétéré, organise un loto pour renflouer sa paroisse. C'est très drôle...un peu moins quand la réalité dépasse la fiction.

do a dit…

ça fait réfléchir.

Pour le mois de salaire, je trouve effectivement ça indécent, et contraire à la discrétion, à la liberté, voire à la charité.

Venant des anticléricaux, ça me gênerait presque moins.

Mais sachant ce que gagnent les prêtres et l'usage qu'ils en font (souvent pour inviter des gens, pour organiser des rencontres, pour se ressourcer dans une retraite, pour payer une voiture potable...), je trouve qu'ils donnent déjà assez!

Ils ont donné leur vie, ils la redonnent chaque jour, certains l'approfondissent même pour la donner encore davantage, qui leur réclamera encore plus?

AncillaDomini a dit…

J'ai appris à l'occasion que le traitement d'un prêtre avoisinait les 900€ par mois... mais je ne suis pas sûre que tout le monde dépasse le gros titre ou les 2 lignes de la dépêche.
Finalement, le message, ça pourrait bien être : "les curés ont réalisé qu'ils avaient trop d'argent, et qu'il serait temps que l'Eglise partage un peu."
Bof.

Peut-être faudrait-il compléter le message par une incitation à payer la dîme, ou un équivalent, pour les cathos lambdas ? Du style : "les prêtres vous montrent l'exemple, faites-en autant" ?
... Remixé par la mauvaise foi journalistique, ça donnerait rapidement : "l'Eglise veut réintroduire la dîme au XXIème siècle !"
Bof bis.

Tout compte fait, pas de meilleure solution que celle du Père Pic (accessoirement, celle du Christ - mais pourquoi a-t-Il toujours raison ? :D) : la discrétion de la main droite, au cas où la main gauche serait dans les parages.

Anonyme a dit…

Je ne dis pas que les prêtres ont besoin d'argent (au pire on connait le voeu de pauvreté, souffrez c'est dans le contrat.lol) mais tout de même ce sont des humains qui mangent... ça ne me semble pas très juste de demander un mois de salaire à ceux qui ont le salaire le plus bas et qui sont donc ceux à qui cette somme manquera le plus cruellement, voeux ou pas.
Si on voulait m'encourager, personnellement, ce ne serait pas en donnant l'exemple de quelqu'un qui donne autant que ça, car si je faisais ça moi-même je mettrais ma famille en danger. Charité bien ordonnée...
à supposer que j'aie besoin d'encouragement je voudrais voir plutôt l'Eglise vendre un bâtiment, sacrifier une oeuvre d'art, bref faire un don en corrélation avec ses capacités. Là je me dirais peut être que j'ai décidément raison de donner non pas une fois un mois de ma paie, mais chaque mois de ma vie un bon 10% de mes ressources.
Heureusement, je n'ai pas besoin d'encouragements.
(je mets de côté pour pouvoir rajouter cette année au Denier de l'Eglise, je sens qu'il va y avoir du prêtre à secourir. ;-D)

Andrew a dit…

Salut, je suis le pretre americain dont vous parlez, Father Andrew. Je parle francais; j'y suis alle plusieurs fois au lycee comme etudiant d'echange. (Vous pouvez voir sur mon website, www.SaintFactory.com que j'ai traduit les premieres deux reflections en francais.) J'aime beaucoup votre pays et votre langue!

Je pense que vous avez malcompris: c'etait completement gratuit, l'emission. Ce n'est pas un tournoi de poker, c'est un "gameshow" (comment traduire?) comme "Jeopardy" sur la television. Je n'ai rien paye, ni moi ni ma paroisse, et j'ai pris du temps de vacances pour y participer. Donc ce n'est meme pas un exemple de faire des paries. J'aime bien joue avec mes amis pour nous amuser, et avec ma famille, et j'ai vu cette opportunite d'etre dans l'emission de tele.

(Peut-etre j'ai manque quelque chose avec mon francais, mais je ne comprends pas pour quoi vous parlez d'un mois de salaire? Again, it was a free television gameshow!)

Toutes les personnes de notre paroisse sont vraiment heureux de tout l'affair. Ils disent, par exemple, "Mon fils s'est eloigne de l'eglise, il pense qu'on peut pas etre joyeux et etre chretien. Mais il adore jouer poker avec ses amis! Je vais etre sur qu'il voie l'emission!" De mon avis, les jeunes ici n'ont presque jamais vu des pretre jeunes, la plupart sont vieux... peut-etre c'est une opportunite qu'ils peuvent voir que j'ai des amis normals (un jeune couple de mon age m'a acompagne dans l'emission), que je peux m'amuser et faire des blagues, et que je peux avoir des passe-temps tout en servant le Seigneur comme pretre.

Si vous voulez voir l'emission, vous pouvez voir en anglais ici:
http://www.pokerstars.tv/movies/7VR/million-dollar-challenge-episode-1.html

Merci pour votres prieres!
Father Andrew Trapp

Emmanuel Pic a dit…

Hi Andrew

bon ce n'est pas la première fois que je me fais avoir par quelqu'un dont je parle dans mon blog et qui pointe le bout de son nez (je fais exprès d'employer des expressions très françaises pour améliorer votre pratique de la langue). Du coup, je suis tout gêné d'avoir mal compris...

Je vais quand même un peu m'expliquer : en France il y a toute une polémique parce que les jeux d'argent en ligne sont en train d'être libéralisés, et on sait d'avance que cela va développer chez les jeunes des addictions, et leur faire dépenser de l'argent de manière inconsidérée. J'ai déjà personnellement aidé, à plusieurs reprises, des jeunes qui étaient gravement endettés parce qu'ils avaient utilisé les facilités de crédit accordées par leur banque, et je vois bien que cela risque d'arriver aussi à ceux qui vont commencer à jouer de manière compulsive (les adultes aussi, bien sûr). Alors quand j'ai appris qu'un prêtre encourageait à entrer dans ce jeu, mon sang n'a fait qu'un tour. Dans les médias français, votre jeu a été présenté comme un jeu d'argent, évidemment s'il n'y a pas d'argent en jeu cela change tout, et je vous prie de m'excuser de ce mauvais procès.

Quant à l'histoire des prêtres qui sont invités à donner un mois de salaire, c'est quelque chose de différent qui concerne des prêtres de Lyon.

Bon, je ne sais pas quoi faire pour me faire pardonner, à part me confesser. Mais si vous avez envie de venir faire un tour en France, je vous promets de une visite du pays de la cave au grenier, et même des choses qu'aucun américain n'a jamais vues. OK ?

Et au fait, j'aime aussi beaucoup les USA, et je suis en train de lire le dernier roman de Pat Conroy, qui se passe à Charleston. Apparemment, ça a pas mal changé depuis "Gone with the wind". Mais je préfère écrire en français qu'en anglais.

Pas de problèmes pour les prières, et merci pour les vôtres : même Christ, même combat !!!

Emmanuel.

Anonyme a dit…

Dans les années soixante, le prêtre dirigeant une école en Haute Saône avait tenté et gagné le jeu quitte ou double, pour refaire le toit de l'école.
alors, pourquoi pa sle pocker aux USA ?

Jean-Pierre a dit…

Un grand coup de chapeau au Cardinal Barbarin et au presbyterium du diocèse de Lyon qui nous ouvrent la voie de la solidarité par un geste concret.

Cela ne s'adresse pas seulement aux prêtres de Lyon, c'est un appel que chacun doit recevoir en conscience et de discerner comment il pourra lui aussi faire un geste concret et significatif…

Un geste que l'Eglise adresse au monde et que le monde attend de l'Eglise.

"Et moi, AUJOURD'HUI, qu'est-ce que je fait pour les pauvres ?"
(d'après la question de Sœur Emmanuelle)

http://jpdiacre.over-blog.com/article-un-geste-qui-interpelle-et-qui-encourage-38281740.html

Toutes mes amitiés et mon bon souvenir fraternel au Père Emmanuel (à défaut d'avoir ton adresse mail).