mardi 2 mai 2006

De près et de loin.

Combien de gens prennent des distances avec l'Eglise lors du passage à l'âge adulte. Parmi les motifs souvent invoqués, ceux dont parlent ce soir-là ces deux amis, mariés il y a cinq ans et que je retrouve avec plaisir pour une soirée de détente : les religions sont facteurs de violence, dans l'histoire et dans la vie des gens.

Violent, le christianisme ? Le débat peut durer à l'infini. C'est vrai, les nouvelles ne sont pas bonnes ces temps-ci. C'est vrai, l'histoire est pleine des exactions commises au nom de Dieu. Jean-Paul II n'a pas cessé d'en demander pardon tout au long de son ministère - et même cela, c'est compté à charge : vous voyez que c'est vrai, puisque le Pape le reconnaît !

Il y a donc le catholicisme des lointains, celui des manuels d'histoire (surtout français, il faut le dire), celui des faits divers, de ce qu'on en voit à travers le JT.

Je m'intéresse, moi, au christianisme de proximité. Celui des gens à qui la foi fait du bien. Le christianisme des petits qui viennent parce qu'ils sont dans la peine et qu'ils pensent trouver là quelqu'un qui les aidera à porter leur fardeau. L'Eglise qui aide les parents et les enfants, qui rit avec eux et qui pleure avec eux. Une modeste oasis d'humanité.

Bref, ce dont on ne parle jamais, mais dont tant de gens ont besoin et qu'ils savent trouver ici.

3 commentaires:

Un des deux a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Un des deux a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Un des deux a dit…

Etant l'un des deux mécréants, je tiens juste à dire que c'est pour cette raison précise que nous avons souhaités être mariés par toi, à cause de cette vision humaine et personnelle qui remet l'homme en tant qu'être humain au centre des préoccupations. Cela, évidemment, engendre une responsabilité individuelle plus importante, responsabilité de soi et des autres… Au risque de vous faire bondir, je trouve, dans cette vision des choses, beaucoup de similitudes avec l'islam, le communisme et l'anarchie (modéré, pas extrémiste).
D'où cette réflexion : n'y a-t-il pas, en fin de compte, qu'une seule manière de vivre sa vie honnêtement, conscient de soi et des autres … et des valeurs universelles… HUMANISTE ??
Les différentes religions et philosophie n'étant que des déclinaisons et des modes d'applications au quotidien.
Je pose juste la question et n'affirme rien.
Bonne route à tous.