jeudi 15 mai 2008

L'espérance ?


Une enquête de janvier 2008 sur la perception que les 16-29 ans ont de leur avenir donne des résultats effrayants : seulement 26% des jeunes Français pensent que leur avenir est prometteur (63% des jeunes Américains et des jeunes Danois), 27% pensent avoir un bon travail dans l'avenir (60% des Danois), 20% ont un regard positif sur la mondialisation... et 11% sont prêts à payer pour les personnes plus âgées.

Pourquoi notre pays est-il à ce point touché par une telle désespérance ?

Source : enquête de la Fondation pour l'Innovation Politique de janvier 2008 - Télécharger ici l'intégralité de l'étude.

11 commentaires:

Olivier D a dit…

Peut-être parce qu'on est gouvernés par des gens désespérants ? (oups, c'est trop politique ça comme explication)

Peut-être parce que le monde est vraiment désespérant ? (ah non, ça c'est du cynisme)

Peut-être parce que des tas de gens, par exemple dans l'Eglise, passent leur temps à idéaliser un passé de carte postale et à critiquer les valeurs du présent en disant qu'on va droit dans le mur ? (ah non, ça non plus ça ne va pas)

Bin je sais pas moi. T'en poses des questions ? Peut-être un peu de tout ça ?

Emmanuel Pic a dit…

Pour la troisième proposition : c'est pas pour ça que les jeunes désespèrent, mais ça n'aide sûrement pas...

Maxime a dit…

je n'ai pas vraiment l'impression que sa ne touche que les jeunes.

moi je dirais plutôt que ce sont les personnes âgés qui sont atteintes du syndrome des choristes : "c'était mieux dans le temps". c'est pourquoi on sort régulièrement des études de ce type, qui montrent que maintenant ça va mal, pour les conforter dans leurs idées sur le monde actuel, que beaucoup ne comprennent pas......

Anonyme a dit…

Une expérience de papa d'un garçon de 18 ans:
Il passe son BAC (STL : pour les initiés : Sciences et technique de laboratoire), série qui lui a été proposé dans la droite ligne de son avenir.
En effet, passionné de "manga" (Trucs japonnais me semble-t-il), il va au centre d'orientation de Dijon et la dame, bien polie, lui conseille en fin de seconde de prendre cette série...
Au début de cette année (Terminale), dépôt de dossier dans l'école qui devait le prendre pour suivre ce cursus (Notre Dame pour ne pas le citer), avec approbation du professeur rencontré lors de la visite...Et patratas : réponse de l'établissement : NON NON NON

Imaginez la tête de notre ado : pleurs et incompréhension sur cette décision que en aucune manière ne sera motivée.

Or, il s'avère que pour suivre le cursus "Manga" il aurait dû faire une série STI avec un truc dessin de....

Bref, il nous faut chercher un établissement qui accepte de le prendre avec son fichu BAC STL. Heureusement, nous trouvons Dijon Formation : MAISSSSSSSSSS, à nous de trouver une entreprise pour le prendre en alternance.
Et là ! vous connaissez l'expression de la PATATE CHAUDE.
Même les services de l'Etat Français ne peuvent prendre un jeune en alternance...

Alors l'état de notre fils : scandalisé, révulsé, en colère contre le monde adulte, contre le système scolaire, et plus grave à nos yeux de parents : "MA VIE EST GÂCHEE A CAUSE DE GENS INCOMPETANTS.

Merci de m'avoir lu, et bon courage.

DIDIER.

Alix a dit…

Mais en quoi espèrent-ils pour êtres aussi désespérés ?!!! L'espoir naît du but à atteindre et des chances d'y arriver. Peut-être y a-t-il maldonne sur ce qu'ils imaginent être le bonheur ou le but à atteindre? ...C'est nous qui les éduquons -pas le "monde"- , mon obsession personnelle est de déceler chez mes enfants ce qui les épanouit pour pouvoir les orienter dans ce sens... je me contrefiche qu'ils fassent de grandes études, je souhaite juste qu'ils soient bien dans leurs pompes...ce n'est pas dit que ça marche, mais je ne veux pas rêver à leur place.
Il a bon dos le "monde", c'est nous le "monde" non?...et puis franchement, il faut leur apprendre à relativiser, à regarder autour d'eux et à mesurer leur chance...quel chemin parcouru depuis 150 ans! On ne travaille plus à l'usine ou à la mine à 8 ans et on a le luxe de divorcer à 65 ans parce qu'on est encore vivant ;-))). Je remercie vraiment le ciel de n'avoir pas eu à faire les choix de mes grand-parents en 1940 et après 4 ans en ex-yougo dont 2 pendant la guerre, j'ai appris que ma peur de l'avenir ne tenait pas la route quand mon interprête se réjouissait d'avoir vécu "un jour de plus" !
D'accord, s'apercevoir que d'autres souffrent plus que nous , ça n'a jamais guéri sa propre souffrance; par contre, si dans des galères pas possibles d'autres gens espèrent encore...il n'y a pas de raison qu'on n'y arrive pas.
Tout dépend de l'angle d'analyse de la situation : comme me disait un psy après avoir écouté le bilan de ma vie familiale dévastée et sans issue : "bon, ce qu'il y a de génial, c'est que maintenant vous pouvez tout recommencer, inventer, imaginer et réussir!"...au 1er coup d'oeil, je n'avais pas vu ça comme ça ;-)!
Moi ce qui me désespère, c'est cette habitude que nous avons de rejeter nos échecs sur le collectif.
Avec l'Eglise, c'est pareil, c'est comme avec le "monde"...elle a plein de défauts : normal l'Eglise c'est nous, enfin les baptisés, ...il faut faire avec...ce que nous sommes et ne pas désespérer de ...nous même!
Je souhaite plein de courage et d'opportunités au fils de Didier : si ma vie n'est pas complètement ratée à 36 balais, il n'a aucune chance d'avoir gâché la sienne à 17!
(2 heures plus tard)
/.../ mea culpa, j'ai finalement trouvé une vraie raison de désespérer : croyant avoir 5 mn de répit pendant le bain du petit dernier pour jeter un coup d'oeil sur le blog, je viens de me rendre compte que ce futur plombier ou ingénieur hydraulique -faudra voir- vient de me vider 20 l d'eau (bonjour le développement durable)avec un arrosoir de nain de jardin dans la salle de bain avec inondation assuré chez le voisin du dessous...y'a des jours où en comparaison, la mondialisation, elle ne me fait même pas peur ;-(((

Thaïs a dit…

Didier, je n'y connais rien dans le domaine de votre fils mais souvent il existe des passerelles de conversions. Et puis rien ne dit qu'il ne va pas découvrir maintenant un boulot qui le passionnera et auquel il ne pense pas.
Pour ma part, j'ai subi la maladresse de quelqu'un de l'ANPE lors de mon arrivée à Dijon qui m'a dit "mais vous vous rendez compte, vous avez travaillé pendant 20 ans dans un domaine que personne ne connaît ici et à votre âge qu'est-ce que je vais faire de vous ? En plus vous avez arrêtée de travailler pendant 4 ans...(à un peu plus de 40 ans se sentir vieille et rejetée ça fait mal. Mais pour signifier à cette employée de l'ANPE sa maladresse, je lui ai dit sur le ton de l'humour : "et bien heureusement que j'ai un mari et des enfants qui m'aiment, un toit et mon bol de riz tous les jours car sinon il y aurait de quoi se jeter sous une voiture là au carrefour"
Vous voyez, on est jamais à l'abri d'une maladresse ou d'une incompétence et il faut toujours essayer de rebondir après sur du positif.

pour continuer sur le sujet du billet, j'ai bien aimé cette conférence de JC Guillebaud
http://www.ec49.org/balises/article.php3?id_article=1909&var_recherche=guillebaud

Voici entre autres ce qu'il dit sur les raisons de la désespérance
- Nous ne comprenons pas ce qu'il nous arrive.
L'histoire est faite de basculements (ex :antiquité vers moyen-âge) et les contemporains ne comprenaient pas ce qui se passait. Nous basculons c'est certain sauf que là l'évolution est rapide. Et il nous manque les concepts, les idées neuves pour comprendre ce monde nouveau.
- la siuation présente est présentée comme une apocalypse, comme un dérèglement général, comme une menace et non un projet.
depuis 25 ans nous assistons à trois révolutions :
* révolution économique : la mondialisation
* révolution numérique : concept espace, temps est transformé.
(il fait d'ailleurs une réflexion que je ne m'étais jamais faite à savoir que nos politiques sont encore dans le vieux monde avec leur parti etc. alors que le monde financier et économique est en plein dans le nouveau monde)
* révolution génétique : la tracabilité génétique va transformer notre conception de la parenté.

Voici ce que j'en retiens :
- les trois révolutions sont porteuses de bien et de mal. Nous avons tendance à diaboliser alors qu'il faut penser en termes de bien et promesses pour la société.
- Notre tâche en tant que citoyen est de réinventer le volontarisme citoyen. Une société ne peut faire perdurer une démocratie si elle n'est pas capable de se projeter dans l'avenir.
- pour ceux qui croient c'est de se dire qu'on n'est plus contemplatif mais responsable du projet d'espérance. "souviens toi du futur" dit le Talmud.
- et que tout le monde se dise que oui nous vivons une période apocalyptique mais dans son sens premier, c'est à dire l'idée d'engloutir l'ancien pour faire émerger le nouveau.
- et se rappeler ce que disait Gandhi : un arbre qui tombe fait du bruit mais la forêt qui pousse n'en fait pas.

Désolée pour la longueur du com mais la conf de guillebaud est passionnante !

Anonyme a dit…

Par pitié, ne cédons pas trop vite au catastrophisme ambiant! Pour être rassurés face à leur avenir, incertain oui - mais à y regarder de près, celui de nos ancêtres était-il plus rose, pour d'autres raisons?- nos jeunes ont besoin d' adultes forts qui leur indiquent que celui-ci se construira avec eux.Véritables éponges à angoisses, les jeunes sont aussi de formidables leviers positifs lorsqu'ils sentent devant eux des adultes responsables auxquels ils peuvent s' identifier. Paradoxalement, de telles études mortifères accentuent par caisse de résonance le phénomène qu'elles prétendent dénoncer : cercle vicieux et pervers, dont seuls tirent profit toutes sortes de charlatans du bonheur, scientologie , etc... . Tiens d'ailleurs les études on leur fait dire ce qu'on veut:ce matin dans Libé une pleine page titrée: "Des ados heureux de vivre" !! On y apprend qu'un sondage présenté au forum Adolescences témoigne que 96% des jeunes disent avoir beaucoup d' amis, 79% parlent facilement avec leurs parents, 78% se sentent bien à l'école, et au final 71% sont satisfaits de ce qui leur arrive! A méditer et pour conclure, en "cqfd" de mon propos,ils recherchent tous " une autorité bienveillante et équitable ". C'est fort non ? A nous adultes de tirer profit de telles leçons d 'espérance. BERNARD

Thaïs a dit…

je suis tout à fait d'accord avec vous Bernard ! néanmoins, je suis sceptique sur l'étude de Libé. J'ai le sentiment qu'avant (il y a une vingtaine d'années) les enfants se disaient que forcément ils vivraient mieux que leurs parents alors que maintenant l'avenir, il le pense incertain et précaire.

Anonyme a dit…

C'est facile en france ce qui est un espoir pour l'homme est systematique critiqué:

La mondialisation; formidable espoir pour l'homme de pouvoir travailler ensemble a un projet mondial.

L'europe; unique exemple dans l'histoire de l'humanité ou on a reussi a rassembler les pires ennemis dans une communauté, ou l'on a transformé une dizaines de dictatures en des democraties examplaires, et dont des dizaines d'autre pays rêvent de la rejoindre. Le tout en 50 ans et en se basant uniquement sur les droits de l'homme, et la paix.

pour rester dans l'actualité, le temps de travail; l'essence meme de l'homme est de travailler a faire de ce monde quelquechose de bien.

Bref on n'entend que des discours de peur.

Et comme on est sur un blog particulier, j'en profite pour dire que les curés font la meme chose, d'abord nous dire qu'on est dans un monde catastrophique pour nous dire que seul le seigneur peut nous sauvé.
Mais le seigneur est ici devant nos yeux particulierement present depuis quelques années, c'est pas la peine d'attendre qu'il vienne alors qu'il est deja la...

Anonyme a dit…

Pour Thais : ce n' est pas "l' étude de Libé" à laquelle j' ai fait allusion, mais une étude indépendante beaucoup plus large, qui depuis a été relayée partout sur le net, et reprise dans La Croix . Il y a aussi sur le sujet un excellent dessin humoristique dans ... Ouest France !
Bernard

Emmanuel Pic a dit…

Ah, ces curés qui disent que le monde est moche... Mais quels curés au juste ? C'est fou le nombre de fantasmes qu'on a sur eux, à tel point qu'on n'écoute plus ce qu'ils disent mais ce qu'on attend qu'ils disent.
Allez, mr "anonyme", soyez gentil : envoyez-moi donc un sermon de curé qui n'aime pas le monde et qui conseille de s'en méfier... Et, svp, ne choisissez pas un intégriste, mais le curé de la paroisse du coin de la rue.