vendredi 14 novembre 2008

Tartufferies.

Deux anecdotes pour comprendre la guerre à l'est de la RDC :

- A peine le général Nkunda commençait-il sa marche sur Goma, le commandant espagnol des forces onusiennes chargées de défendre la ville démissionnait. Dans n'importe quelle armée du monde, il aurait été traduit en conseil de guerre et condamné à des années de forteresse. Chez les casques bleus, on trouve ça très bien.

- Entendu dans la bouche d'un diplomate occidental : "La communauté internationale ne peut pas agir seule". Doit-elle faire appel à des secours en provenance de la planète Mars ?

4 commentaires:

Sylvie a dit…

Est-ce que le fait que le prochain Président des Etats-Unis soit originaire par son père d'un pays voisin, va changer la politique internationale dans cette région?
Que pense-t-on au Congo de cette élection?

Thaïs a dit…

"le commandant espagnol des forces onusiennes chargées de défendre la ville démissionnait."
oui et il va falloir nommer une commission qui nommera une sous-commission pour choisir des commandants potentiels, qui se réunira quand elle aura le temps, qui déterminera une date de vote un jour... Bon il est vrai qu'à l'ONU ils ont le temps, la guerre ne date pas d'hier mais pendant ce temps là les casques bleus regardent impuissant les horreurs continuer...comme d'hab ! Pauvre Afrique.

la montréalaise a dit…

Quel bonheur de vous savoir de retour.
C'était inquiétant de penser que vous étiez à Kinshasa, avec tout ce qu'on entend sur la guerre.
Dieu merci, vous êtes sauf!

Anonyme a dit…

un monde complexe avec des relations complexes incompréhensibles pour les mortels