mercredi 28 janvier 2009

Les pauvres travaillent aussi.

Lundi et mardi, à Paris : rencontre annuelle des "Antennes sociales", groupes de chrétiens qui portent dans leurs diocèses le souci des questions de société. Denis Clerc y présentait son dernier ouvrage : La France des travailleurs pauvres. On y découvre, non sans inquiétude, que plus d'un million et demi de personnes sont en France considérées comme des travailleurs pauvres, c'est-à-dire vivant avec moins de 880 euros par mois : travailleurs au SMIC à temps partiel, emplois temporaires, foyers vivant avec un seul SMIC.

L'explosion de ces situations est dûe : pour une part, à la dégradation du marché du travail ; pour une autre, aux mauvaises conditions dans lesquelles le chômage est indemnisé ; enfin, à la fragilité des situations familiales (divorces, parents isolés).

Le débat qui a suivi n'a porté que sur les deux premiers points. Comme si l'économie était incapable de prendre en compte les difficultés provoquées par le bouleversement des structures familiales.

Pour aller plus loin :
- Une enquête de l'observatoire des inégalités
- Un travail produit par l'université d'Evry

- Rendez-vous jeudi 5 février à 20H30, salle Robert Schuman à Talant, pour une rencontre avec Denis Clerc.

1 commentaire:

do a dit…

une autre cause est aussi l'augmentation de tous les prix, à commencer par les loyers, qui ne laissent souvent même plus de quoi vivre décemment.
Même avec un emploi très convenable, on ne peut plus raisonnablement garder l'appartement que l'on avait auparavant; on est obligé de réduire tous les frais (impôts locaux, syndic, loyer, prêt...) pour qu'il reste de quoi se nourrir et se chauffer.