mercredi 11 février 2009

Lectures (2).

Après Pietro di Paoli, autre lecture suggérée par les paroissiens de Saint-Pierre : Confession d'un cardinal, un roman d'Olivier Le Gendre qui met en scène un prélat fort critique vis-à-vis du pontificat de Benoît XVI.

Olivier Le Gendre est journaliste, versé depuis longtemps dans les questions religieuses. Son cardinal, lui, n'existe pas... Ou plutôt, il cumule les traits de plusieurs "anciens" de l'époque Jean-Paul II -Martini, Silvestrini... d'autres encore. Il appelle l'Eglise à privilégier le développement et le soutien d'initiatives humbles, et à abandonner les pompes vaticanes : à rappeler que Dieu n'est pas dans la tempête, mais dans la brise légère ; l'Eminence, joignant le geste à la parole, consacre d'ailleurs sa retraite aux enfants d'un pays asiatique où sévissent prostitution, sida et tourisme sexuel. Il renvoie le lecteur à Sarepta, un site web créé pour permettre à des projets de ce type de se faire connaître et de se relier entre eux. On trouvera au passage un certain nombre de "révélations" sur les rivalités internes au sein de la Curie, la guerre au Rwanda, l'attentat contre Jean-Paul II...

Décidément, mes paroissiens ne sont pas tradis. Ils sont perturbés par l'image que donne l'Eglise catholique : vieillotte, autoritaire, dogmatique... Une image tellement éloignée de ce qu'ils vivent eux-mêmes, de leur expérience personnelle de la foi comme libération, soutien, de l'Eglise comme lieu de rencontre et d'amitié. Pourquoi ce décalage entre l'image qu'on leur renvoie et la réalité de ce qu'ils vivent ?

10 commentaires:

do a dit…

Je suis sans doute un brin pessimiste, mais la société française construit des modèles qui poussent les chrétiens dans une obligation de se positionner "contre": contre l'avortement, contre l'eugénisme, contre l'euthanasie, contre la sexualisation pré-pubère des jeunes, contre l'éradication des personnes handicapées, contre la consommation excessive, contre la destruction de la famille et du lien parental...

"l'image que donne l'Eglise catholique" n'est peut-être pas la formulation exacte: ce serait plutôt
"l'image que les médias, majoritairement opposés au message de l'Evangile, donnent sciemment de l'Eglise catholique".

Pour exemple, le lynchage médiatique de Benoît XVI dès son élection: le "Panzer Cardinal", affilié aux jeunesses hitlériennes, dangereusement conservateur! Pour cet homme contemplatif, doux et humble, accusé de progressisme en d'autres temps, qui ne désirait que de se retirer et qui ne s'est jamais battu avec d'autres armes que la parole, écrite de surcroît...
Qu'aurait-t-il pu faire contre les images diffusées à la télévision française? ...lui qui n'avait même pas imaginé être élu!

L'Eglise ne cherche pas tellement à donner d'elle une image, mais à faire ce que Jésus lui a demandé,
et il n'a jamais dit : "donnez de vous une bonne image", mais : "aimez vous les uns les autres",
et "c'est à l'amour que vous aurez les uns pour les autres que tous reconnaitront que vous êtes mes disciples".
Il a même recommandé la discrétion : "qui s'élève sera abaissé..." !
C'est sans doute pour cela qu'elle n'a pas autant d'experts en communication que d'autres institutions.

Les médias critiquent ce qu'ils peuvent, ce qui a des chances d'être incompris, les dogmes...;
ce que fait l'Eglise dans l'ombre, ils le savent, mais ils n'en parlent pas.
Le professeur Jérôme Lejeune a découvert les maladies génétiques: qui en a parlé?
Il a lutté toute sa vie pour qu'on les guérisse au lieu de tuer les enfants atteints: qui l'a soutenu?
Les médias l'ont lynché comme tant d'autres! On a fermé son laboratoire pour le punir!
Il a perdu son prix Nobel en récusant l'avortement, comme le Pape Jean Paul II.

Aurait-il fallu sacrifier ces enfants sur l'autel du dieu "Bonne Image" qu'impose l'empereur "Médias"?

Le modèle des chrétiens, c'est Jésus, et le moins que l'on puisse dire, c'est que les médias de son temps ne lui ont pas fait de cadeaux à lui non plus... Pourtant, l'Eglise n'était pas spécialement vieillotte, ni dogmatique, ni même autoritaire....

Anonyme a dit…

franchement, pour le peu de monde qu'il doit y avoir dans votre église, qu'importe... vous vous cherchez des poux, entre catholiques, voilà qui est risible. Comment pouvez-vous parler d'amour vous qui n'arrivez pas à le vivre ? Ah ah ah

Anonyme a dit…

Cela fait plaisir que les paroissiens de St Pierre ne soient pas "tradis" et qu'ils soient perturbés. Moi aussi je suis malheureuse de cette Église vieillotte, autoritaire...... Mais que peut'on faire? se rallier à des communautés comme la votre sinon on s'éloigne et on souffre: ce qui est mon cas.........car je ne suis pas très optimiste sur des tas de sujets......

Barbara a dit…

L'Eglise, c'est nous!
Et...et quoi...vieillotte, vieillotte...?
Elle a 2000 ans, que voulez-vous...

Emmanuel Pic a dit…

Ah, les courageux anonymes... Qui parlent sans savoir et qui comprennent tout de travers... Faut-il continuer à publier leurs commentaires ?

do a dit…

quand je vais sur certains sites, des commentaires me choquent car ils sont tellement éloignés de mes idées, et aussi, parfois, parce que je vois quelque chose de faux.
Mais moi non plus, je ne sais pas tout, et mes commentaires en choquent sûrement d'autres.

Je me demande si internet ne va pas surtout contribuer à trier les gens selon leurs idées, leur sensibilité, jusqu'à construire une société divisée et catégorisée comme on n'en a jamais vue...
ça pourrait donner un immense racisme et ostracisme.

Si votre site permet à des personnes qui ne connaissent pas l'Eglise de s'exprimer et de voir un aspect qu'ils ne connaissaient pas, et vice versa, c'est une sorte de pont jeté entre ces catégories...
Mais une invasion de commentaires haineux où les personnes ne recherchent pas à se comprendre ni à s'aimer, ça peut effectivement sembler inutile et asphyxiant.
Si on croit en la bonne volonté des gens, on est incité à dialoguer, mais on a tous l'expérience de dialogues de sourds dans notre vie.

Face à Hérode, Jésus se taisait.
Mais pas face à Pilate...
ni même face aux pharisiens!

La question n'est pas facile...

Anonyme a dit…

allez à la sortie d'une messe et demandez aux gens si il y connaisse ce qu'est un pharisien... nada rien 20% de réponses

euh c'est bien ce blog pour ceux et celles qui savent lire, qui aiment lire, s'interroger, discuter de sa foi ou connaître le catho d'aujourd'hui

olivier - orne

je mets en anonyme car j'en ai marre de m'inscrire partout..

Anonyme a dit…

et c'est modéré! misère.. de la confiance aux autres

olivier -orne

pedro farnes a dit…

Ce qui serait très intéressant, c'est de voir qu'elle image vos paroissiens et vous-même donnent aux autres, aux jeunes en particulier.

N'ont-ils pas, à votre contact (catéchèse, liturgie, sorties), la même image d'une église (d'une paroisse) "vieillotte" (dans la mesure où les mélodies de la liturgie est éloignée de leur musique) et "autoritaire" (dans la mesure où ils n'ont pas de place propre où qui peut leur paraitre subalterne) ? Les jeunes viennent-ils à l'église ? Les jeunes couples sont-ils nombreux à adhérer à la vie paroissiale ?

Il y a souvent un décalage entre la perception de soi et la perception que les autres ont de soi. Cela vaut pour l'église comme institution mondiale, cela vaut pour l'église locale. Non ?

Anonyme a dit…

Je n'ai pas le sentiment que les églises qui se disent le-plus-à l'écoute-des-autres-et-du-monde qui-nous-entoure sont celles qui attirent le plus de familles jeunes avec des enfants.

Lorsque l'on a quarante ans, que l'on habite une ville périurbaine avec de la mixité culturelle et que l'on a des enfants en âge d'être catéchisés (ce qui est notre cas), on s'interroge où pouvoir les inscrire pour qu'ils puissent être formés intellectuellement, culturellement et spirituellement...

Quand on reçoit des petits musulmans, amis de nos enfants et dont les parents ont désormais de bons bagages de formation intellectuelle, on éprouve parfois un certain malaise devant leurs connaissances du christianisme; notre soit-disant ouverture aux autres ne transforme-t-elle pas en "soupe intellectuelle" ce que nos enfants enregistrent? Avant même d'être formé sur leur propre religion, on s'évertue à la relativiser en la présentant comme un des monothéismes parmi les autres...

En interrogeant les parents musulmans sur les raisons des connaissances acquises par leurs enfants, ils nous répondent que le fait d'être dans un pays de culture différente les incite à leur donner des connaissances de notre religion qui leur permette de se positionner avec assurance en tant que musulmans. Alors de grâce, cessez les activités d'éveil infantilisantes et aidez les familles à construire intellectuellement leurs jeunes, ou alors nous nous tournerons vers l'Islam par la force des choses...(Xavier, inscrit en anonyme par facilité d'inscription sur le blog)