lundi 29 janvier 2007




Essayer le silence.


Le grand silence : deux heures quarante (j'ai vérifié) de silence et de beauté. Malgré mes appréhensions initiales, on ne voit pas le temps passer, au moins les deux premières heures. C'est qu'il ne s'agit pas d'un documentaire, mais d'une expérience qu'on est invité à faire au cours de la projection.

Manifestement, toutes sortes de gens vont voir ce film, et en sont profondément touchés (je vous renvoie à ce sujet à un article intéressant paru sur Agoravox). Curieusement, cette vie, pourtant ancrée sur une tradition antique, une culture, la lecture de la Bible, la liturgie de l'Eglise et Dieu sait si elle est parfois à la limite de l'ésotérique, parle immédiatement.

Ce silence des moines, c'est la partie émergée de l'iceberg. La plus grosse part échappe à beaucoup.

Voir le site web du film.

2 commentaires:

Julien a dit…

C'est un très bon film en effet... MERCI pour ce commentaire.

Si vous voulez avoir mon avis : http://globblogger.blogspot.com/2006/12/le-grand-silence-de-philip-grning-une.html

Anonyme a dit…

J’ai lu tes remarques sur le Grand Silence. J’ai vu ce film il y a une quinzaine de jours. J’ai été comme tout le monde fort secoué par un si beau film dans une si belle nature.

Je reste sur deux questions, dont je n’ai pas trouvé réponse dans ce film. Peut-être ces questions ont été évitées par le cahier des charges de ce film. Ce projet de film ayant été demandé il y a une quinzaine d’années et n’a été autorisé que voilà 3 ans. Donc les questions les voici : jamais je n’ai ressenti chez ces moines le moindre tracas, mais je pense que comme tout le monde ils doivent bien avoir des « crises de Foi » et des moments de doute, de solitude, de se poser des questions sur la vie, même si ils prient et prient encore.

Ensuite, je n’ai pas vu comment ils participaient à la vie matérielle de leur communauté, en dehors du frère convers qui s’occupait du bois, de la nourriture , etc…

Je pense quand même qu’ils se chargent de la fabrication de la Chartreuse dont la vente est sensée les faire vivre et leur permet de faire face à l’entretien de ce superbe couvent : les ardoises du toit coûtent chers… Je me suis trouvée pour cela un peu hors du monde, mais peut-être que la vie du couvent n’était pas faite pour moi…….MF