samedi 23 décembre 2006

La bonne mort.

Polémique sur l'euthanasie en Italie. A nouveau, l'Eglise y est présentée comme la puissance obscurantiste qui empêche toute évolution. Je voudrais simplement rappeler ici ces phrases de Pie XII, qui conservent toute leur actualité : à des médecins lui demandant s'il était légitime d'administrer des analgésiques à un malade qui souffre, au risque de le plonger dans l'inconscience et d'abréger sa vie, le pape répondait : « S’il n’existe pas d’autres moyens et si, dans les circonstances données, cela n’empêche pas l’accomplissement d’autres devoirs religieux et moraux : oui ». Affirmation reprise à son compte par Jean-Paul II en 1980...

Il paraît que des chrétiens ignorent ce texte : certains protestent parce que des soins intensifs, apportés sans aucun espoir de guérison ni de retour à une vie normale, ont été interrompus sur un malade qui en avait fait la demande...

1 commentaire:

HB a dit…

J'ignorai ce texte, merci de nous le rappeler ou de nous le faire connaître! Il rassure, même si longtemps après.