dimanche 3 décembre 2006

Nouveau voisinage.

Au presbytère, nous avons maintenant deux voisines: Emilie et Barbara sont étudiantes, et elles louent l'ancien appartement du curé qui est devenu lieu de vie communataire pour des jeunes en question sur leur vie. Le diocèse appelle ça Vocapass.

Hier soir, Pierre et moi sommes allés dîner chez elles. Entre autres choses, nous y avons parlé informatique. Apparemment ça ne les passionne pas : Barbara n'a pas d'ordinateur, et Emilie s'en passerait volontiers.

Sont-elles en retard, ou en avance sur leur temps ? Je me rends compte que c'est la première fois que je me pose la question. L'informatique est tellement devenu un prolongement de mon système nerveux que je n'arrive pas à imaginer ma vie sans ; les comportements nouveaux qu'elle génère sont-elles des mutations définitives ou de simples phénomènes de mode ? L'éphémère des relations qui accompagne l'explosion d'Internet, du portable, des sms, est-il appelé à durer ?

1 commentaire:

Max a dit…

Pour moi c'est plutôt quelque chose de définitives, je dois dire que j'ai pratiquement pas regarder la télé(j'entend par la les chaînes de télé car je regarde toujours des dvd) depuis le mois de juin. Pourtant je suis toujours bien informé.
Internet permet de s'informer de manière active, ce qui n'est pas le cas des autres medias.
On peut y communiquer librement (même si du coup on y rencontre parfois des opinions extrêmes)
Quand ou relation éphémère je pense qu'Internet et les portables nous permet au contraire "d'être encore plus en contact" avec d'autres personnes. Bien sur cela n'a rien à voir avec la réalité...